Gabrielle semble essoufflée. Elle en ras le bol du mari, des enfants, du travail, de la maison et de la routine. Elle décide de prendre un temps d’arrêt pour s’enfuir vers Charlevoix, à la recherche de son souffle et d’elle-même.

Mais cette mère jusqu’au fond de l’âme est vulnérable. Sa rencontre avec l’artiste Élisabeth et le peintre Félix viendra à la fois clarifier ses raisons de vivre et embrouiller ses choix.

Dans son repaire de velours, l’aventure est là, à portée de la main, alors que la réalité la rattrape bien fermement pour lui rappeler ses liens affectifs avec la vie.


Plume et pinceaux, éd. JCL 2002, deuxième édition, 2004  Il a suffi d’un court séjour de ressourcement dans Charlevoix pour que la magnificence des lieux et le fait de m’y retrouver seule m’amènent à imaginer la fuite d’une mère de famille harassée qui ne sait plus où elle en est dans sa vie. J’ai reçu des dizaines de témoignages de femmes qui ont adoré accomplir cette fugue par transposition pour se plonger dans la belle remise en question du rôle de mère amenée par Plume et pinceaux. Ce roman traduit certainement la voix des femmes d’aujourd’hui, en ces temps plus exigeants que jamais pour la gent féminine.

  

Bonne lecture!

 Micheline Duff