EXTRAIT
 

 

Nathalie se demandait si elle prenait la bonne décision. Après tout, il n’était pas trop tard pour changer d’idée. Encore si, dans ses rapports sexuels avec Jacques, elle s’était montrée négligente et volontairement irresponsable... Elle les ingurgitait pourtant consciencieusement, ces pilules contraceptives, bonté divine! Il avait suffi d’une simple distraction de deux jours, d’une malchance due aux caprices de son fichu intestin pour que tout bascule dans le drame. Non seulement elle se retrouvait enceinte, mais en plus, le père de l’enfant l’avait plaquée. Durant cette dernière semaine, Jacques Riendeau n’avait même pas rappliqué une seule fois pour lui demander des nouvelles. Rien! L’absence et le silence total. L’indifférence absolue. À bien y songer, cela le caractérisait parfaitement bien, ce cher bonhomme! Non, en vérité, elle n’avait rien fait pour mériter tout cela.

 

Les larmes aux yeux, elle agrippa fermement le volant comme si elle empoignait son courage à deux mains, et s'engagea résolument sur l’autoroute, la tête remplie de mots hétéroclites concernant le bébé, des mots se bousculant, s’entremêlant, se bataillant jusqu’à la rendre complètement confuse: tuer – aimer – sacrifier - grandir – résigner – adorer – débarrasser – materner – avorter - tout-petit – détruire – adopter - garder… Elle pensa devenir folle, emportée dans un tourbillon de doutes et d’hésitations.